Partagez | 
 

 Jamais l'un sans l'autre [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Paws : 55
Messages : 19
Date d'inscription : 03/02/2015
Age : 25
MessageSujet: Jamais l'un sans l'autre [Terminée]   Mer 4 Fév - 0:44


Qui êtes vous?



 Généralités

♠Prénom : Adam
♠Nom : Baylin
♠Sexe : Masculin
♠Age : 21 ans (15/05/1993)
♠Groupe : Etudiant (4ème année - 4 ans de lien)
♠Métier : Cherche un p'tit boulot à côté des cours
♠Animal : Non[] Oui[x] Loup roux
♠Niveau de maîtrise : Harmonie
♠Lieu d'habitation : Pensionnat



Personnalité


J'ai perdu ma vie, j'en ai créé une autre sur les décombres du passé

Quatre ans, ça paraît énorme lorsqu'on le dit comme ça. Mais la vérité, c'est que quatre années, ce n'est rien. Rien comparé à la douleur et au manque. Rien comparé à la difficulté imposée par l'ignorance incontrôlée. Je ne suis pas comme vous autres. Je n'ai pas mes gentils parents qui attendent quelque part, je n'ai pas mes frères et mes soeurs avec lesquels je m'entends plus ou moins bien. Non, je n'ai que moi et quelques souvenirs éparpillés, en supplément des quatre années que j'ai réussi à obtenir.

Il paraît que vous voulez en savoir plus sur moi. Eh bien, je suis quelqu'un de particulièrement solitaire. Je suis aussi un mec très agressif et je parais probablement inapprochable. Je le suis, ne vous détrompez pas. Et ne pensez pas que ce n'est qu'une apparence, parce que je n'aime pas les étrangers. Je n'aime pas ceux que je ne connais pas, et je mets à l'épreuve quiconque se rapproche trop de moi, afin voir si cette personne est digne de rejoindre ma ... meute. Ouais, meute. Parce qu'Isha et moi nous sommes trouvés il y a bientôt quatre ans, et que nous avons fusionné sans la moindre difficulté tant nous étions semblables.

Autrefois, et quand je dis autrefois je parle d'il y a quatre ans, j'étais un mec peureux plus que mauvais. En fait, je me planquais derrière une attitude sauvage pour me protéger d'un monde qui m'effrayait et m'oppressait. Mais les choses ont changé. J'ai créé ma propre personnalité, j'ai découvert ce que je j'étais, qui j'étais. Aujourd'hui je n'ai plus peur. Je suis seulement un animal sauvage et impossible à domestiquer. Enfin impossible ... disons que tout est relatif.

Taciturne, je ne parle pas avec les gens que je ne connais pas. Si je suis un être social qui a besoin des siens pour être heureux, je ne cherche pas le contact avec de parfaits inconnus et suis plutôt farouche. Tout comme Isha, je n'attaque qu'en dernier recours, lorsque je me sens acculé et que je ne trouve aucun moyen de fuir. Mais n'allez pas penser que je prendrais mes jambes à mon coup au moindre danger. Je suis farouche mais pas froussard. Je ne fais confiance à personne, parce que j'ai toujours l'impression que lorsque quelqu'un s'adresse à moi, il ne peut s'empêcher de me critiquer par derrière. Et je n'aime pas les faux-culs. Si vous ne m'aimez pas je m'en fous, mais dites-le moi en face ou ne le dites à personne. N'allez pas cracher dans mon dos sans avoir le cran de me le faire savoir de vous-même.

N'attendez pas de moi une grande conversation, ce n'est absolument pas mon truc. Je ne suis pas doué pour parler. Je n'ai pas la prétention de croire que ce que je pense peut être suffisamment intéressant pour que j'en fasse profiter le monde qui m'entoure. Je ne sais pas sourire, non plus. Ce n'est pas contre vous, hein? J'en suis seulement incapable. J'ai beau avoir envie parfois, ça ne vient pas. Je vais soupirer, afficher un regard décontenancé, réprobateur, ou même vous toiser de manière agressive. Mais sourire, jamais. C'est comme un blocage que je fais. Je sais que j'ai été capable de le faire, autrefois. Mais aujourd'hui je ne sais plus comment ça marche, et j'ignore les raisons qui poussent quelqu'un à sourire. Il m'arrive d'étirer un rictus, une sorte de grimace qui prouve que je ne suis pas toujours de mauvaise humeur, mais à ce jour seule une personne à pu voir ce trait de caractère sur mon visage.

J'ai également tendance à partir au quart de tour. On peut dire que j'ai le sang chaud, dans un sens. Je ne suis pas du genre à prévenir. Je vais encaisser un court moment, puis ça cassera et là, ce ne sera plus la peine de vous retrouver face à moi. Sans prévenir, je peux frapper et si ça arrive, c'est mauvais pour la personne qui se trouve en face de moi. Il faut peut-être "me prendre avec des pincettes" comme certains disent. En tout cas une chose est sûre : Il faut vous méfier de moi du début à la fin. C'est comme quand on se trouve devant un animal sauvage. Vous ne me connaissez pas, vous ne savez pas comment je vais réagir à tel ou tel stimulus. Alors faites attention, tout peut mal tourner, à n'importe quel moment.

Il y a une chose qu'il faut absolument que vous sachiez, et que vous ne découvrirez que si vous arrivez au mauvais moment : Je suis un Street - Fighter expérimenté. Et je suis un sacré bon combattant, vous pouvez me croire. Du haut de mon mètre quatre-vingt douze, j'en ai étalé plus d'un et je vous garantie que j'y prends un immense plaisir. Et je ne fais pas de différence entre les filles et les gars, même si j'aurais quand même plus de scrupules à cogner une demoiselle. Si elle me cherche, c'est malgré tout le même tarif. Je ne me souviens pas où j'ai appris à me battre de cette façon, mais je suis capable de me défaire de n'importe quel combat. Mon record est de trois adversaires simultanés. Mais restons modestes, il s'agissait de trois pauvres gars dont les attaques n'étaient même pas coordonnées entre elles. Ils m'ont largement facilité les choses.

Bon, récapitulons. Je suis donc un jeune homme impulsif et bagarreur mais! Parce qu'il y a un mais! Je suis aussi et surtout un gamin perdu qui se cache derrière une réputation de sauvage solitaire.



Apparence


Un lien pour la vie

Les cheveux d'Adam sont noir de jais, coupés à mi longueur. Il parait que ça lui donne un air un peu mystérieux, mais il s'en moque pas mal. Il a un visage long et fin, mais on ne peut confondre ce jeune homme avec le sexe opposé. Il possède un nez aquilin qui ne le rend pas particulièrement unique, mais qui au moins n'attire pas l'attention sur lui. Son teint est halé, juste ce qu'il faut pour qu'on n'ait pas l'impression de voir un fantôme. Originaire du Michigan, Adam n'est ni un fervent agriculteur, ni un aristocrate amoureux de son bureau. Il est seulement Adam. Le jeune homme ne fume pas et bénéficie d'une dentition parfaitement alignée et blanche. Malgré lui, Adam entend régulièrement les femmes se retourner sur son passage et chuchoter qu'il est beau, qu'il est sûrement un tombeur et qu'il ne faut pas se laisser avoir par son sourire charmeur. Comme si cela intéressait Adam... La question qui lui traverse alors l'esprit est : "L'ont-elles seulement vu sourire?" Eh oui, parce qu'Adam n'est pas jovial de nature. Ou il ignore ce trait de sa personnalité.

Ses yeux, eux, sont uniques. Le bleu de ses iris est remarquable et passe rarement inaperçu. C'est le bleu de l'océan, celui dans lequel on se perd, où l'on se noie sans s'en rendre compte. Et lorsqu'on réalise, il est déjà trop tard. C'est le bleu dans lequel on se laisse dériver pour rêver de liberté. Parfois, il arrive que ce bleu change, le regard d'Adam arbore alors une couleur argentée, représentant la tristesse et l'amertume. C'est lorsqu'il se laisse aller à ses pensées, que cette impression nous prend en le regardant. La mélancolie frappe alors, et l'on se sent malheureux, comme si les malheurs d'Adam nous touchaient aussi. Un dernier détail, pour votre bon petit plaisir. Vous remarquerez que ses yeux ne sont pas de la même couleur. Ils l'ont été par le passé. De ce bleu profond, abyssal. Mais aujourd'hui l'un d'eux, le gauche, s'est voilé d'un fin rideau pâle. Vous comprendrez qu'Adam est aveugle de cet oeil. C'est récent, et lorsqu'on le regarde d'un peu plus près, l'on aperçoit la cicatrice qui traverse ce même oeil.

Le jeune homme mesure un mètre quatre-vingt douze et est armé de muscles redoutables sous sa peau fine et douce. A l'hôpital, les médecins lui disaient qu'il avait dû se taper pas mal de miss par le passé, rien qu'en leur montrant ses abdos et ses pectoraux. Il n'a jamais été capable de savoir s'il s'était agit de blagues ou de véritables questions. Et de toute façon, Adam n'est pas du genre à se déshabiller en pleine rue. En revanche ce qu'il aime, c'est sa tranquilité et il veille régulièrement à repousser les éventuels obstacles, quitte à entrer en conflit avec des adversaires dignes de ce nom pour s'assurer un peu de paix. Street-fighter expérimenté, Adam n'est pas celui que l'on cherchera à humilier en public, à moins de vouloir se prendre une raclée mémorable. La voix d'Adam est, comme son regard, unique en son genre. Lorsque la voix d'Adam résonne, on a l'impression d'entendre un doux chant elfique. Il ne fait pourtant que discuter, mais son ton est apaisant et la sonorité de sa voix est aussi douce que la caresse d'une brise fraîche.

Son style vestimentaire... Adam n'est pas quelqu'un de coquet. Il fait attention à ses manières certes, mais il le fait dans la simplicité. Un t-shirt banal, un jean brut, rien de fantastique. En revanche une chose est sûre : Adam n'aime pas les vêtements à motifs. Il porte souvent une veste en cuir noir et parfois des rangers, mais il lui arrive de porter de simples baskets et un jogging pour se fatiguer en forêt. Sportif, Adam reste rarement en place et préfère de loin s'éloigner de la civilisation pour vivre sa vie. Il porte parfois une écharpe blanche, seule trace claire sur son corps souvent habillé sombrement. En revanche, vous pourrez souvent l'apercevoir perché sur sa deux roues, un casque entre les bras ou sur la tête. Il porte également deux piercings à l'oreille gauche, deux anneaux qu'il lui arrive de laisser dans leur étui lorsque l'envie lui prend.

Passons aux infimes détails, ceux qui vous empêcheront de douter quand au lien profond qu'il entretient avec la vie sauvage. Adam est doté de dents qui, parfois, semblent particulièrement pointues. Je parle évidemment de ses crocs, qui semblent avoir évolué avec le temps. Adam possède des muscles particuliers, taillés comme ceux d'un coureur mais pas n'importe lequel. Lorsque l'on regarde Adam s'épanouir dans quelque terrain que ce soit, l'on ne voit plus un homme, mais un loup. Ses muscles roulent tels ceux de l'animal, ses mâchoires cherchent l'air de la même manière et ses cheveux, noirs de jais, semblent onduler dans le vent comme le pelage de l'animal auquel il est lié.



Histoire


Pour chaque fin, il y a toujours un nouveau départ

J'avais dix-huit ans quand ma vie s'est terminée. C'était il y a presque quatre ans, maintenant. Le temps semble passer si vite ... Et pourtant, il est immobile, ne s'écoule pas comme l'on s'en donne l'impression. Plutôt que de vous raconter ce que j'ai appris durant ces derniers mois, je vais commencer par vous raconter ce que je savais au départ de ma nouvelle existence. Je me suis réveillé un matin avec un mal de crâne comme je n’en avais jamais eu et des bandages neufs partout autour de mon buste que je ne me souvenais pas de m’être posés. Enfin en même temps, je n’avais aucun souvenir de la veille ni d’avant. Mon premier souvenir, c’est cette atroce migraine, ces traits blancs étalés sur mon corps et cette pièce lamentable dans laquelle j’ai ouvert les yeux. Je ne savais pas ce que je faisais là et j’avais l’impression d’avoir pris une cuite mémorable et de m’être battu contre un ours. La première journée, je l’ai passé à errer sans savoir où aller, après avoir enfilé un pauvre jean délavé qui sentait le renfermé. Dans les allées, les gens se retournaient pour me regarder et chuchoter entre eux, avant de repartir rapidement aussi loin que possible de ma misérable personne. Mais je me doute que les gens devaient se demander ce que foutait un mec à moitié nu et bandé comme une momie sur la voie publique…

En fin de journée, deux hommes m’ont interpellé et je n’ai eu aucun mal à reconnaître des médecins, à leurs vestes blanches et leur véhicule caractéristique. Probablement des civils se seront-ils inquiétés de ma présence dans leurs rues, et auront eu peur que je sois un taré échappé d'un asile. Les deux hommes en blanc se montrèrent d’abord méfiants mais comprirent rapidement que je n’étais pas cinglé. Je leur expliquais donc que je m’étais réveillé sans comprendre ce qui m’était arrivé et suite à leur demande, je les suivais docilement jusqu’au véhicule qui me conduisit à l’hôpital de la ville. Finalement, c’est un médecin diplômé qui me prit en charge et curieusement, il ne trouva aucune trace d’alcool, de drogue ou de quoi que ce soit d’anormal dans mon sang. Il découvrit également que j’étais en déshydratation et sous-alimenté. Pourtant, je ne ressentais ni la faim ni la soif et il m’expliquait qu’arrivé à un certain stade de manque, le cerveau se contente de déconnecter d’avec le corps pour que ce dernier ne ressente plus la douleur. Je lui demandais machinalement de s’expliquer plus simplement étant donné ma dure journée, et il me donnait d’un air détendu, ces quelques mots : « Vous devriez être mort ». Mis à part ce léger détail, il m’informa de mes blessures au torse, à l’épaule gauche et au bras droit, qu’il identifia comme les marques d’une bagarre au couteau.

Génial. Non seulement je n’avais pas de passé, mais en plus j’étais censé être crevé dans un coin. Que pouvait-il m’être arrivé pour que j’en sois à un tel point d’incompréhension ? C’était une bonne question. Le problème, c’est que je n'avais encore aucune réponseBon, vous vous en doutez bien, le superbe docteur que j’ai trouvé, ou plutôt qui m’a trouvé, ne m’a pas laissé partir après un tel examen. Il m’a supplié de m’interner au moins quelques jours en observation, juste pour stabiliser mon état et me permettre de me remettre de mes blessures. Je vous avoue, que je n’ai pas du tout apprécié ce séjour dans les locaux délavés de l’hospice, et qu’au plus tôt je serais parti si j'en avais eu l'occasion. Pourtant, j’ai dû bien attendre deux mois avant de pouvoir enfin me libérer de cette mésaventure, parce que j’étais incapable de manger correctement. Les trois premières semaines ont cependant été les pires, étant donné que je les ai passées intubés comme un vulgaire animal de laboratoire pour que mon corps reprenne l’habitude d’être pris en charge par mon cerveau. Le reste de ma génialissime période d’interné a été concentré sur mes réapprentissages. Bon, n’allez pas croire que j’ai porté des couches, vous rêveriez grandement. J’ai simplement dû recommencer à me nourrir normalement, petit à petit, pour au final ne plus être alimenté par transfusion et réapprendre à me servir de mes deux bras. Su-per…

Enfin, j’ai obtenu l’ultime autorisation de sortie, et j'ai erré pendant des jours avant de savoir quoi faire de ma vie, de cette "chance" qui s'offrait à moi de pouvoir tout recommencer. J'ai fais la rencontre d'une fille, aussi. Elle est probablement celle qui possède les meilleurs souvenirs de ma vie actuelle. On s'est d'abord détestés, parce que je l'ai rencontré en lui volant son fric et qu'elle m'a poursuivit dans toute la ville pour me casser la gueule. Mais finalement, je suis tombé fou amoureux d'elle. Bof... L'histoire banale, au final. Peut-être que j'étais pas assez bien pour elle, ou peut-être qu'elle avait déjà quelqu'un ailleurs. Quoi qu'il en soit un jour, j'ai fais la connerie de trop. Faut dire que nos caractère n'étaient peut-être pas les mieux accordés. M'enfin. Elle a disparut un beau jour, et je n'ai plus jamais eu de ses nouvelles. J'ai sombré dans l'alcool, la drogue et logiquement dans mon état de santé, je suis retombé dans le coma. Quand je me suis réveillé cette fois, j'avais gardé mes souvenirs (que j'aurais pourtant rêvé d'oublier). Et puis ça a été le déclic. J'étais finalement déterminé à prendre ma vie en main.

Alors j'ai rejoint un pensionnat, à l'époque. C'était il y a deux ans. Là-bas, d'étranges choses se passaient. Je ressentais des sensations bizarres, que je ne connaissais pas. J'entendais mieux ce qui m'entourait, je voyais mieux ce qui constituait le monde. Comme si, au fond, quelque chose changeait en moi au fil du temps. Le temps a passé, j'ai cherché longtemps des réponses à mes questions, et certaines personnes ont su guider mon chemin à travers l'ignorance et la peur. J'ai rencontré une autre fille. Elle n'était pas comme la première, mais elle lui était aussi identique. Semblables et différentes. J'ai aimé cette fille du plus profond de mon coeur, pendant longtemps. Et lorsque j'ai eu assez de souvenirs pour retrouver le seul membre de ma famille, ma petite soeur a fait son apparition. Une petite soeur de deux ans ma cadette, qui avait veillé sur moi lorsque j'étais tombé dans le coma. Elle m'a expliqué que j'avais risqué ma vie pour elle, que j'étais tombé dans un lac gelé en plein hiver. J'ai quitté le pensionnat avec elle, parce que je n'avais plus aucune évolution à espérer là-bas.

Pendant de longs mois, nous avons vécu ensemble, loin du monde et de la civilisation. C'est au nord du Canada que j'ai rencontré Isha. J'ai découvert son nom en regardant au fond de ses yeux. Parce qu'il était mon protecteur. Nous avons voyagé côtes à côtes, et ma soeur m'a appris certaines choses de mon passé. Comme la perte de nos parents, et notre lien fusionnel depuis l'enfance. Mon tempérament extrêmement protecteur envers elle, qui me poussait enfant, à attaquer quiconque s'approchait d'elle et qui m'a fait devenir un street-fighter de renom. Et sur les décombres de mon passé, j'ai créé ma nouvelle vie. Je me suis reconstruis peu à peu avec l'aide de ma soeur, alors que nous voyagions sans avoir d'autre but que de nous retrouver. Isha à mes côtés, je me sentais invincible. Sa présence près de moi semblait d'une telle logique que nous n'avons jamais imaginé séparer nos chemins. Et puis ma soeur m'a avoué la dernière chose que j'avais oublié : elle était malade. Atteinte d'une tumeur cérébrale, elle était au stade terminal avant même de m'avoir retrouvé.

J'ai perdu la dernière personne qui partageait ma vie, après avoir abandonné celle que j'aimais quelques mois auparavant. J'ai continué ma route seul, avec Isha, à la recherche d'un nouveau monde à fouler. Nous avons débarqué ici ensemble, et c'est ensemble que nous évoluerons désormais.


Derrière l'écran

Prénom/Pseudo : River'
Age : 21 ans
Fille ou garçon ? : ♀
Passions : Lecture, Ecriture, Animaux (loups particulièrement)
Comment as-tu découvert le forum ? : Je suis les BGey à la trace et à l'odeur
Que penses-tu du forum ? J'comprends que dalle mais j'aime le contexte et Jeni :a:
Autres : Si vous voulez que je reste, va falloir ajouter mon smiley d'amour :a: ~ J'sais, j'suis une keunasse parce que j'ai édité le code de la fiche, mais j'aime pas les toutes petites boîtes d'écriture *^* ~ J'vous aime tous sauf ceux qui s'appellent pas Jeni. Les autres, j'vous apprécie 8D


© FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH |  NESIS |  MEIYA


Dernière édition par Adam Baylin le Mer 4 Fév - 14:32, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.domaine-riverland.e-monsite.com
avatar
Paws : 122
Messages : 68
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 21
Habitation : Mon atelier
MessageSujet: Re: Jamais l'un sans l'autre [Terminée]   Mer 4 Fév - 6:56

Aown Rav' ♡ fhdjfofnr*s étouffe dans son propre amour* ah grgr j ai pas besoin de te dire t as compris quoi ♡ Bienvenito~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contrast.forumactif.org
avatar
Admin
Paws : 108
Messages : 64
Date d'inscription : 24/09/2014
Age : 21
Habitation : Chambre A
MessageSujet: Re: Jamais l'un sans l'autre [Terminée]   Mer 4 Fév - 10:45

Oh mon dieu putain Adam tu t'es inscrite *^* !!
En ce qui concerne le niveau de maîtrise, c'est en fonction du lien avec l'animal, si c'est plutôt bien ou non, si y'a encore des désaccords itou itou.
En tout cas bonne chance pour la suite de ta fiche et merci de d'être déjà recensé de partout, je mettrais ça quand tu sera validée ^^.
Bienvenue o/

Ps : je déplace juste ta fiche parce qu'elle n'est pas au bon endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelinkrpg.forumgratuit.org
avatar
Paws : 55
Messages : 19
Date d'inscription : 03/02/2015
Age : 25
MessageSujet: Re: Jamais l'un sans l'autre [Terminée]   Mer 4 Fév - 12:04

Uhu merci à vous 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.domaine-riverland.e-monsite.com
avatar
Paws : 122
Messages : 68
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 21
Habitation : Mon atelier
MessageSujet: Re: Jamais l'un sans l'autre [Terminée]   Mer 4 Fév - 13:58

EDIT: I'm sorry :c


Dernière édition par Jeni D. Yumi le Mer 4 Fév - 14:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contrast.forumactif.org
avatar
Admin
Paws : 108
Messages : 64
Date d'inscription : 24/09/2014
Age : 21
Habitation : Chambre A
MessageSujet: Re: Jamais l'un sans l'autre [Terminée]   Mer 4 Fév - 14:25

C'est tout bon du coup Adam o/ Je vais te valider ^^

Par contre je viens de rajouter un petit truc dans le règlement afin que ça soit clair pour tout le monde (parce que sans rien dire c'est un peu dur de l'appliquer x) ) en précisant que la fiche de présentation des membres n'est pas un lieu de flood et qu'un message de bienvenue suffit ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelinkrpg.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Jamais l'un sans l'autre [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jamais l'un sans l'autre [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ne jamais sous estimer un potentiel adversaire. [terminé]
» Jamais trois sans quatre ! [Kendall - Terminé]
» Christine De Listenois ...Ou quelqu'un d'autre . - Terminé-
» Si tu vis 100 ans, j'espère bien vivre 100 ans moins un jour, comme ça, je n'aurais jamais à vivre sans toi. [PV FLY]
» Pas un mot sans l'autre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Link :: Votre personnage :: Présentations terminées-